La création de sa page Facebook est désormais entrée dans les “moeurs 2.0” des stratégies marketing.

Tout le monde veut sa page ! D’autant que les nouvelles statistiques Facebook donnent de plus en plus d’informations intéressantes (taux d’interactions et impressions par publication…).

Et, à cette page Fan, il faut… des fans !

A n’importe quel prix ? Une course aux chiffres ?

Pas si simple de “recruter” ses futurs fans, et attention à ne pas -purement- gâcher son temps…

Gérer une page n’est pas si simple et surtout : il faut se mettre des “deux” cotés :
– coté facebook-user (l’utilisateur tout simplement) et
– coté commercial, soyons clair ! (l’annonceur, la marque, la société, le CM…).

Combien vois-je de pages Facebook gérées par des personnes qui n’ont jamais eu de compte Facebook ou s’étant inscrite 20 minutes avant la création de la page (sic).
Mais comment peut-on prétendre “avoir sa page” sans connaitre le média sur lequel on travaille ?  (C’est un peu comme cette histoire de prof dans l’article “Le ministère de l’Education ou le règne d’Ubu roi“…). Aberrant, mais tellement courant !

Quoi qu’il en soit, 2 éléments vitaux sont à connaitre et trop souvent ignorés (par pure ignorance ou par facilité) :

Recruter dans vos contacts des gens “affinitaires”

Difficile car cela demande de bien connaitre son réseau ou sa communauté. Bien sur, tout dépend de sa page et des actualités que l’on publie… mais inviter un contact habitant à Lille à une fête de campagne dans la vallée de la Vésubie ne sert a rien… ou encore proposer la page d’un label de musique électro à un fan de classique…

Bon d’accord, il faut être ouvert d’esprit, mais gardez en tête que pour l’utilisateur : “sur mon Facebook, je veux suivre ce que j’aime” ! (une évidence pour tout le monde, même dans la vie réelle ! Donc appliquez ce type d’évidences à Facebook également).

Même avec “21 millions de visiteurs uniques pour 4h31 de temps de connexion par mois en France” (en avril, voir l’article source sur Streetpress.com)… autant être sélectif !
Inutile donc d’inviter vos 120 ou 524 amis à rejoindre la page de votre société ou du groupe de métal dont vous êtes fans… temps perdu !

Publier, oui, mais donnez l’envie de réagir !

Les “interactions” sur une page sont vitales pour remonter dans le fil d’actualités de vos fans ! Ces interactions sont généralement de 3 types : un clic sur “j’aime”, un commentaire ou un partage…

Plus généralement : “plus une publication de votre page génère de commentaires ou de “j’aime”, plus elle a de chance de remonter dans le fil d’actualité de l’utilisateur.” (et selon Facebook : “L’algorithme du fil d’actualité détermine le caractère intéressant d’une publication selon les critères suivants : le nombre d’amis qui commentent un contenu, la personne qui a publié le contenu et le type de contenu publié“)

Votre publication doit donner envie de commenter, cliquer sur J’aime ou partager… ce qui ne sera pas le cas si vos “fans” ne sont pas en affinité avec votre sujet (on revient au premier point).

Bref… du rédactionnel : trouver une accroche à votre lien, quelque chose d’original… et même idéalement une information en “exclu” pour vos fans (et oui, votre communauté est vivante et il faut aussi la stimuler !).

(bel exemple avec une publication orientée sur le “recrutement” d’abonnés à leur newsletter… et les interactions sont bien là !)

D’autres détails comptent : le jour, l’heure, le type de contenu…

Au délà de ces deux grandes “règles”, d’autres (plus fines) sont à intégrer… comme le bon moment pour faire votre publication.
Quel est le meilleur moment pour diffuser son message avec un maximum de visibilité ?
L’article de Mycommunitymanager.fr analyse clairement (étude de l’agence Vitrue) les meilleures périodes de publication : globalement le matin…  et la publication avec des photos et vidéos génèrent plus d’engagements de vos fans.

Le jour compte aussi : “Le volume de conversation le plus élevé (statuts et commentaires) sur les pages Facebook est observé le mercredi et le plus bas le dimanche” (voir l’article avec l’analyse de cette même étude sur le blog de Jean-Nicolas Reyt)

Il faut relativiser !

Plus généralement, les statistiques de la page Coca-Cola ou de Starbuck vous font rêver ?

25 959 “j’aime” : ça fait rêver !
Mais combien de fans ? 18 400 000 fans… soit 0,14% de “j’aime” (et 10 fois moins pour les commentaires) !

Beau score en volume… qui parmi les 18 millions de fans, combien voient réellement l’information dans leur fil d’actualité ? Bien peu au final !

Prenons l’exemple de la page My Community Manager (tenue par Djivan Minassian)… le taux d’interaction y est bien supérieur ! Ainsi, l’apparition dans le fil d’actu a bien plus de probabilité d’apparaître que l’info Starbuck… CQFD !
Le recrutement est donc pertinent (en tout cas s’adressant à la bonne cible, tout simplement !)

Ou encore, la page fan Hachiju (tour du Monde du Manga) dont les publications sont généralement bien vues (et remontées en fil d’actu) :

(Avec un peu plus de 200 fans quelques jours après l’ouverture de la page,  avoir 5 “J’aime” est toujours un taux intéressant qu’il faut savoir relativiser…)

Mais en fait, tout dépend du secteur dans lequel vous travaillez (et également à qui vous vous adressez !)

Une (vieille) étude (mais néanmois) intéressante de Vanksen présente la popularité des marques avec notamment leur secteur d’activité : Agroalimentaire, Mode et Internet.
Cette étude a 2 ans… mais globalement (à part le nombre) reste assez actuelle :

La quantité ne fait pas la qualité

Ce vieil adage est toujours de vigueur… et inutile de perdre son temps a recruter à tout-va.
Intéressez vos premiers fans avec la valeur ajoutée du contenu… et la viralité se mettra naturellement en oeuvre !

Ce point de vue peut se mettre en parallèle de l’article du 18 aout 2010 sur OWNI : Les méfaits d’une grande audience sur Twitter. (Merci à @mygreg pour l’info)

Comments are closed.

Dernières publications

Sorry, your latest timeline post either doesn't contain an image or it wasn't uploaded manually. Imported images are not supported.

Le growth hacking : plus qu’un état d’esprit. Avant tout des compétences !

Voir la timeline

A propos du blog
A propos de Kevin Gallot.